/Situation critique que connaissent certaines fédérations sportives
hattab

Situation critique que connaissent certaines fédérations sportives

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, a déploré, dimanche à Oran, la situation critique que connaissent certaines fédérations sportives algériennes, promettant d’y intervenir prochainement.

« Je suis au courant de tout ce qui se passe au niveau des fédérations sportives. La situation dans certaines d’entre elles ne devra pas perdurer, car on va intervenir pour y remettre de l’ordre », a déclaré le ministre qui s’exprimait en marge de sa visite au chantier du champ de tir aux armes sportives à Oran, qui est en cours de réhabilitation en prévision des jeux méditerranéens que va abriter cette ville en 2021.

Sur place, M. Hattab a été interpellé par le président de la ligue locale de cette discipline pour se plaindre du gel des activités de la fédération de tir qui dure depuis deux années.

« Je suis parfaitement au courant de cela, comme je suis aussi au courant de tout ce qui se passe dans d’autres fédérations. Ces dernières, au nom de l’autonomie, sont en train d’agir de manière à porter préjudice au sport algérien. Les choses doivent changer, car ces fédérations fonctionnent grâce à l’apport financier de l’Etat qui attend en retour (sur cet investissement) des résultats positifs en s’illustrant sur la scène sportive internationale », a soutenu le ministre.

Pour M. Hattab, l’exclusion des experts de la composante des assemblées générales des fédérations sportives, intervenue depuis un peu plus d’une année, est pour beaucoup dans la dégradation de la situation au sein de plusieurs fédérations.

« C’est anormal de ne pas trouver des champions olympiques algériens au sein des assemblées générales de nos fédérations. On ne va pas se taire, quitte à changer les lois en vigueur », a-t-il martelé.

Par ailleurs, le ministre a exhorté les présidents des fédérations sportives à bien exploiter les 13 centres de préparation disséminés à travers différentes wilayas du pays pour offrir une formation de qualité aux sportifs algériens.

« L’Etat a dépensé d’énormes sommes d’argent pour la construction de pas moins de 13 centres de préparation qui, malheureusement, ne sont que rarement utilisés. Il est temps de revenir à la formation, d’autant que l’outil de travail existe désormais grâce à ces centres de préparation »,  a-t-il dit.

M.Hattab a salué au passage la politique prônée par le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheïreddine Zetchi, qui fait de la formation son cheval de bataille.


« Personnellement, j’ai bien apprécié la politique du président de la FAF qui table énormément sur la formation. Les autres présidents des fédérations doivent en faire de même, car le renouveau du sport algérien passe par la formation. On ne doit plus courir derrière des résultats hâtifs, ceci nous a conduit à tourner dans un cercle vicieux », a-t-il relevé.

Le président de la FAF vient d’avoir le feu vert de son assemblée générale pour construire quatre centres de formation, rappelle-t-on.

M.Hattab en a profité également pour appeler aux présidents de clubs de football, ainsi que d’autres personnalités footballistiques en particulier de faire preuve de responsabilité, en évitant les « déclarations tendancieuses » qui font nuire davantage au sport roi dans le pays.

Cet appel fait suite à la montée au créneau de l’ancien sélectionneur national, Rabah Saâdane, qui a accusé certaines parties sans les citer d’avoir arrangé le match perdu par les Verts en demi-finales de la Coupe d’Afrique de 2010 en Angola, ainsi que le président de la JS Kabylie, qui n’hésite pas à charger le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Abdelkrim Medouar, à cause du report de 24 heures le match de son équipe sur le terrain de l’USM Alger, mardi dans le cadre de la 13e journée  de la Ligue 1.

« On en a marre de ces déclarations. Au lieu de s’intéresser aux vrais problèmes de notre sport, on est en train d’assister à des déclarations de presse insensées. Pourquoi l’on ne met pas en relief les grandes réalisations que l’Etat est en train de faire en matière d’infrastructures sportives pour ne verser dans la polémique », a-t-il déploré.