/Belmadi à la rescousse des Verts toujours sans sélectionneur ?
Belmadi-algérie

Belmadi à la rescousse des Verts toujours sans sélectionneur ?

Alors que la prochaine échéance de l’équipe nationale de football, prévue en septembre prochain, s’approche à grands pas, la fédération algérienne de football (FAF) n’a toujours pas déniché un nouveau sélectionneur en remplacement de Rabah Madjer, au moment où l’ancien international algérien Djamel Belmadi a été contacté.

L’ex- entraineur d’Al-Duhaïl (Div.1/ Qatar) a été officiellement approché par le président de la FAF Kheireddine Zetchi pour lui proposer l’idée de « driver » les Verts.

« Effectivement, j’ai reçu un contact de la FAF. Je ne peux pas en dire plus pour le moment« , a-t-il indiqué mercredi sur la chaîne Dzaïr News. Le rendez-vous entre les deux hommes devrait avoir lieu dans les prochaines heurespour tenter de finaliser l’accord, à cinq semaines du match en déplacement face à la Gambie comptant pour la 2e journée (Gr.D) des qualifications de la Coupe d’Afrique de nations CAN-2019, dont la phase finale est prévue au Cameroun.

Le feuilleton du nouveau coach des Verts a tenu en haleine l’opinion sportive et même les pouvoirs publics, représentés par le ministre de la jeunesse et des sports Mohamed Hattab, qui a estimé lundi qu’il était « temps de nommer un nouveau sélectionneur« , 38 jours après l’annonce de la FAF de se séparer des services de Madjer, après à peine huit mois de collaboration. Désormais sous pression, estiment les observateurs, le président de la FAF est appelé plus que jamais à boucler le dossier du nouveau coach pour permettre aux Verts de retrouver un tant soit peu de sérénité, alors qu’ils restent sur une mauvaise série de quatre défaites de rang en amical, dont la dernière concédée le 7 juin à Lisbonne face au Portugal (3-0).

« Nous sommes en contact permanent avec le futur sélectionneur qui est très chaud à l’idée de travailler en Algérie. Je ne peux dévoiler son identité tant que les négociations sont toujours en cours. Il reste quelques détails financiers à régler avant l’annonce officielle« , a déclaré Zetchi à la presse lundi, à l’issue de la réunion du bureau fédéral tenue lundi au Centre technique national de Sidi Moussa.


Belmadi, choix par défaut ?

Il est vrai que le nom de l’ancien international algérien (20 sélections/ 5 buts) constitue une véritable surprise. Ayant démissionné de son poste d’entraineur d’Al-Duhaïl en juillet dernier pour « des raisons personnelles« , Belmadi (42 ans) avait pourtant indiqué quelques jours après son départ du club qatari qu’il n’a jamais négocié avec la FAF. Avec l’échec des pourparlers avec les techniciens étrangers placés comme plan A, dont l’ancien sélectionneur national le Bosnien Vahid Halilhodzic (2011-2014), la FAF s’est vu contrainte de se rabattre sur la piste de Belmadi, même s’il ne répond pas aux critères fixés précédemment par Zetchi.

« Nous allons engager un technicien expérimenté dans le football continental« , avait pourtant indiqué Zetchi le 24 juin dernier, peu après la tenue de la réunion du Bureau fédéral, ayant débouché sur le limogeage de Madjer. Or, Belmadi n’a jamais exercé sur le continent africain et s’est contenté jusque-là d’exercer son métier exclusivement au Qatar, où il avait eu notamment à diriger la sélection de ce pays avec à la clé le titre de la Coupe du Golfe des nations en 2014.

Belmadi, ancien joueur de l’Olympique de Marseille et de Manchester City, entre autres, a mené Al-Duhaïl à remporter le doublé Coupe-Championnat, sans essuyer la moindre défaite en plus d’une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions d’Asie la saison dernière. Il a cédé sa place au Tunisien Nabil Maâloul, qui a dirigé l’équipe de Tunisie lors de la dernière Coupe du monde 2018 en Russie.